Il me prit violemment par les cheveux, mes 10 compagnons se redress?rent aussit?t comme pour intervenir en ma faveur mais cet homme furieux, en fait capitaine cria aussit?t : - Si y en a un seul qui bouge, j'lui. Il continuait de me transpercer avec sa colonne de chair, imbib?e de sang, et plus dure que des os, une colonne de 24 cm de longueur et de plus de 6 cm de largeur qui disparaissait en moi pour venir. Tout en descendant et montant sur la queue qui me limait le cul je su?ais cette bite un peu maladroitement ? cause des mouvements que je faisais mais n?anmoins avec brio si j'en crois les manifestations du plaisir qu'il. Viens faire du porno avec Crunchboy, la production de films x gay amateurs. Parfois aussi ils faisaient de même avec leur bite et leurs couilles me les donnant aussi à lécher mais juste pour les nettoyer du sperme, sans vraiment les sucer, leurs bites ne revinrent d'ailleurs pas en érection. Je baissais la tête comme résigné, pour continuer de leur faire croire à la fatalité qu'il croyait déjà, puis je pris sa main et léchai le bout de son doigt pour prédire ce qu'il aurait peut-être demandé. Des mâles, des vrais, oui, mais qui prenait un malin plaisir à se satisfaire les uns les autres, loin de cette image du pur mâles hétéro, presque répugné à voir des homos s'embrasser. Avec lui comme avec le précédent, je sentais et entendais ses couilles claquées plus ou moins fort selon l'intensité de leur va-et-vient. Le risque était grand mais chacun de mes camarades le savaient et étaient libre de refuser cette opération mais une fois lancé ils n'auraient pu faire marche arrière. Nous avions chacun une couchette, évidemment nullement confortable, mais nous en avions tout de même une, les officiers chargés de notre surveillance n'étaient pas si méchant, certes totalement indifférents à notre égard ce qui était chose normale. T'aime ça te faire défoncer le cul par une grosse bite comme la mienne, me dit-il me butant toujours aussi fort contre mes fesses et me cramponnant toujours aussi fermement par les hanches - Oh OUI! Donc je suçais, forcé, ces bites pour la plus part odorante, qui grossissait sous mes coups de langues, et dont les veines se laissaient parfois remarquées car plus ou moins saillantes. Je leur dis simplement qu'ils m'avaient fait m'allonger nu dans une pièce, et plusieurs hommes s'étaient succédés pour se branler près de moi et éjaculer sur moi. J'me disais qu'on pourrait se faire un peu plaisir nous aussi - J'pensais la même chose, et ils se mirent à rire ensemble. Si tu veux que j'me mette à genoux il va falloir être plus convaincant ajoutais-je.

Plan cul gay la rochelle grosse bite de sportif

Il ne fallu guère beaucoup de temps pour que sa queue se raidissent et gagne en volume, le voilà maintenant avec un sacré morceau de chaire avec lequel il explorait ma bouche jusqu'à ma gorge. J'étais baisé de toute part. Les officiers sachant maintenant comment me punir avaient eu une idée qui leur paraissait excellente. Non moi j'?tais juste l? pour le plaisir du chef, son vide couille attitr?e, sa putain et il prenait plaisir non seulement ? me labourer le cul mais aussi ? me dominer totalement tout comme ? m'humilier devant mes. J'étais d'une insolence et d'une arrogance qui agaçait énormément, et mon jeune âge (23ans) qui n'empêchait en rien, à mon intelligence de mener à bien des projets malencontreux, dérangeait également. Quel bonheur de lécher ses couilles couvertes de sperme, du leur, du mien, humm! Celui que je su?ais maintenant est celui qui m'avait encul? quelque instants auparavant, je le sentis s'emporter dans son plaisir et jouir dans ma bouche cette substance si famili?re et si inconnu ? la fois, mais que j'avais appris. La douleur était horrible, aussi humiliante que physique, mais elle s'atténuait néanmoins malgré moi, sans jamais disparaître. Je ne me trompais pas, une seconde plus tard il explosait de plaisir dans ma bouche, contraint d'avaler son sperme pour ne pas m'étouffer. En 2 ou 3 mouvements je me retrouvais nu, ? genoux, contraint de sucer ? tour de r?le les 5 bites qui se pr?sentaient ? moi, et j'ignore si cela avait ?t? un crit?re de s?lection dans le choix.

râlais-je - Ah oui t'aime ça espèce de salop va! Il resta au plus profond de moi juste quelque seconde, m'offrant de cette façon quelques secondes de répit, et enchaîna son intrusion avec un va-et-vient qui devint très vite soutenu. Sans aucune mise en garde, comme son chef, il me p?n?tra, cette fois plus facilement que son capitaine car ayant le cul d?j? grand ouvert par la bite ?paisse de ce dernier et poss?dant un membre plus large que l'officier. Au bout de 5 min je me retournais et lui offrait mon cul lui disant de se faire plaisir. Me cria t-il après m'avoir giflé encore plus violemment - C'est tout ce dont t'es capable, tu m'déçois, ajoutais-je avec un sourire en coin narquois. Après de nouvelles longues minutes je sentis que la fin approchait quand j'ai vu l'homme que je suçais envahit par des spasmes de plaisir dans des soupirs qui témoignaient de son plaisir, tout en se contractant de partout mais surtout de la queue. Enfin il se retira, me fessa une dernière fois et essuya son pénis contre mes fesses avant de se rhabiller. De plus, j'avais offert beaucoup de plaisir, à divers hommes, même à contre cœur, mais jamais je n'avais eu moi du plaisir propre. Maintenant penché en avant et cambré, mon cul s'offrait à lui comme une putain à un homme riche, sans préparation aucune, ni même sans crier gare, il pointa sa queue vers l'entrée de mon cul et s'avança brutalement pour forcer le passage. Bref, reprenons, pendant qu'ils continuaient de me préparer le derrière, je suçais l'un deux quand soudain un autre me pénétra. Il cogna ainsi avec sa bite contre mon cul plusieurs fois m'arrachant, quand je ne pouvais me retenir, un cri de souffrance qui me valait chaque fois une ou plusieurs fessées puissantes et violentes sur l'une ou l'autre des fesses voire les deux. A chacun de ses puissants coups, ses couilles qu'il m'avait fait lécher claquaient contre mon derrière me rappelant chaque fois qui était le chef et qui pouvait faire le malin et ce n'était assurément pas moi. Par exemple, deux jours après ma première punition sexuelle, et soit dit au passage, initiation aux «plaisirs» entre hommes, j'avais de nouveau fais preuve d'insolence. D'abord à quatre pattes sur la couchette et plus tard debout mais largement cambré en avant. ...


Plan gay nice rencontre sexe gay


Puis, le suceur genial sempare de la queue de son prof de fitness et lenfonce bien profondément dans sa gorge afin de réaliser une super fellation gourmande. Eux se rhabillèrent et quittèrent la pièce, heureux de leur aventure. Deux d'entre eux n'avait pas pu attendre leur tour et s'étaient installé sur la couchette d'en face pour s'offrir. Mon cul grand ouvert et parfaitement lubrifié par le sperme il entra aussitôt et avec facilité malgré sa bite plus longue et plus grosse et il commença un va-et-vient d'abord raisonnable. Une fois ma tâche finit ils me laissèrent m'écrouler sur le sol. Lanus du gars lubrifié, le beau mâle viril lencule à sec pendant de longue minutes. Mais je crois qu'une petite douche avant ne serait pas trop demand?e Je souriais en guise de remerciement et ajoutais : - Pourquoi vous?tes suce moi sous la douche black homo si gentil avec moi, tous vos co?quipiers m'auraient pris par les plan cul anglet grosse bite minet cheveux sans. Ils me demand?rent de me relever et de me mettre? 4 pattes sur la couchette, je m'ex?cutais, l'un d'entre eux prenait place devant me faisait d?vorer tant?t sa bite, tant?t ses couilles, pendant qu'un autre me pr?parait gentiment. Je n'avais plus la force de me débattre ou même de faire mon insolent, je me laissais faire le cul encore endolorit mais habitué. On lui avait sans doute rapporté mes insolences sans fins et osées, ainsi que ma détermination infaillible. Alors je m'empalais sur lui toujours plus fort, toujours plus loin, encore, video plan cul gay cam to cam gay encore, encore. Il me pinça le nez pour m'empêcher de respirer et attendait bite en main, collée à mes lèvres que je n'en puisse plus et ouvre ne serait-ce qu'un petit peu ma bouche pour reprendre de l'air. Seul le capitaine de la première fois restait souvent dans ma cellule pour me faire subir ses envies occasionnelles. Ainsi je continuais de m'activer plus sérieusement que jamais bien décidé à lui faire venir le plaisir suprême, ces soupirs se faisaient de plus en plus forts, se transformaient en râles de plus en plus intense, allant en crescendo avec l'intensité de mes mouvements. Mon cul maintenant habitu?? l'intrusion d'une bite, je ne pouvais me contenter de cela, j'en voulais alors plus : - Vas-y encule-moi comme un homme un vrai, encule-moi j'te dis, plus fort, lui gueulais-je presque - Si c'est.